1900-1945

Gichin Funakoshi

Pendant la période contemporaine, d’environ 1900 à nos jours, Maître Funakoshi Gichin a été l’autorité la plus importante dans le développement du Karaté tel que nous le connaissons aujourd’hui. Il est né à Shuri, sur l’île d’Okinawa, le 10 novembre 1868. À l’âge de 11 ans, il a commencé à étudier le karaté et était un élève fervent des deux plus grands maîtres de tous les temps: Yasutsune (Anko) Itosu et Yasutsune (Anko) Azato. Maître Funakoshi s’est entraîné avec Maître Kiyuna, qui, à mains nues, pouvait arracher l’écorce d’un arbre vivant en quelques instants, et avec Maître Toonno de Naha, l’un des savants confucéens les plus connus de l’île. Il s’est entraîné aussi à plusieurs reprises avec Maître Niigaki et Maître Matsumura, devenant un spécialiste des classiques chinois. Malgré la noble compétition qui existait  parmi les différents styles hérités des années de formation secrète, Maître Funakoshi a atteint un tel niveau qu’il a été initié à toutes les principales méthodes de pratique du Karaté à Okinawa.

« J’étais plutôt un bébé maladif et un enfant fragile; en conséquence, il a été suggéré quand j’étais encore très jeune que pour surmonter ces handicaps, je devrais commencer l’étude du karaté. » – Gichin Funakoshi

À l’âge de 21 ans, Maître Funakoshi est devenu professeur dans une école primaire et a continué à pratiquer secrètement le karaté la nuit, même s’il était interdit. Pour Maître Funakoshi, le mot Karaté a pris un sens plus profond et plus large à travers la synthèse de ces nombreuses méthodes, devenant le Karaté-do, littéralement « la Voie du Karaté, ou de la main vide ». La formation au Karaté-do est devenue une éducation pour la vie elle-même.

Le 6 mars 1921, le prince héritier, qui deviendra plus tard l’empereur du Japon, a observé une démonstration de karaté tenue dans la grande salle du château de Shuri à Okinawa. Au printemps 1922, Maître Funakoshi se rend à Tokyo sur invitation du ministère de l’Éducation du Japon pour introduire le karaté dans la capitale japonaise. À présent, Maître Funakoshi a réalisé qu’il voulait voir le Karaté-do présenté à tous les Japonais. Il a écrit à Maître Azato et à Maître Itosu pour leur soumettre son idée et ils ont répondu avec encouragement, mais l’ont avisé des difficultés auxquelles il serait confronté.

Hoan Kosugi (1881–1964) a conçu l'emblème Shotokan Tiger
Hoan Kosugi (1881–1964) designed the Shotokan Tiger emblem

Au printemps 1922, le Ministère de l’éducation a annoncé qu’une démonstration des anciens arts martiaux japonais devait avoir lieu à l’École normale supérieure pour femmes de Tokyo. Maître Funakoshi a présenté trois longs rouleaux de photographies illustrant diverses positions, kata et mouvements des mains et des pieds. L’ensemble de la démonstration s’est avérée être un grand succès. Il avait l’intention de retourner à Okinawa à la fin de la manifestation, mais il est resté, influencé par les conseils et l’insistance de Jigoro Kano, le père du judo, et de Hakudo Nakayama, une grande autorité sur le Kendo. « J’avais prévu de retourner sur mon île natale immédiatement après la manifestation, mais j’ai reporté mon retour lorsque feu Jigoro Kano, président du Kodakan Judo Hall, m’a demandé de donner une brève conférence sur l’art du karaté. Quelque temps plus tard, je me préparais de nouveau à retourner à Okinawa lorsqu’un matin j’ai été appelé par le peintre Hoan Kosugi. Une fois de plus, j’ai reporté mon départ et j’ai commencé à donner des cours aux membres d’un groupe de peintres appelé Tabata Poplar Club, dont Kosugi était le président. »

En 1923, le dortoir Meisei Juku pour les étudiants d’Okinawa est devenu l’école temporaire de karaté sous la direction de Maître Funakoshi. En cette période, le karaté était pratiquement inconnu. Le Maître avait très peu d’étudiants et vivait dans la pauvreté. Pour joindre les deux bouts, il s’est adonné à plusieurs tâches. « Pour payer la minuscule chambre où je dormais, j’ai pris toutes sortes de petits boulots au dortoir: gardien, jardinier et même balayeur. »

Il a ensuite introduit le karaté dans les principales universités du Japon, y compris Keio, qui était le premier club de karaté universitaire au Japon, avec Iao Obata comme capitaine, et l’Université Waseda, avec Hiroshi Noguchi comme capitaine.

En 1936, le premier Shotokan Dojo officiel a ouvert ses portes à Mejiro, Tokyo. Il sera détruit par un raid aérien en 1945. Sous Maître Funakoshi, les shihans originaux (instructeurs en chef) étaient Takeshi Shimoda, premier étudiant exceptionnel du Maître, décédé prématurément en 1934, et Yoshitaka (Gigo) Funakoshi, le fils du Maître. Yoshitaka Funakoshi est mort jeune en 1945, l’empêchant de poursuivre les enseignements de son père.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le commandement militaire américain au Japon, dirigé par le général Douglas MacArthur, considérait le judo et le kendo comme trop militants et leur pratique était strictement interdite. Cependant, le professeur Ohama s’est adressé au quartier général des forces d’occupation américaines et a demandé que le karaté soit enseigné au niveau universitaire et dans certains clubs. Lorsque le quartier général a demandé au professeur Ohama ce qu’était le karaté, il a expliqué que c’était comme le sport masculin de la boxe, avec quelques coups de pied en plus. À la demande du professeur Ohama, le karaté au Japon a échappé à l’interdiction et, au cours des dix années suivantes, il a prospéré dans plusieurs universités.

After WWII, General Douglas MacArthur, head of the U.S. Occupational forces in Japan, strictly forbade the practice of Judo and Kendo but overlooked Karate.

À la veille de la guerre de Corée, lorsque les relations nippo-américaines ont permis une libéralisation des règles imposées par l’armée américaine, le karaté-do est devenu l’un des arts martiaux les plus populaires et a même été enseigné aux troupes américaines par certains étudiants de Maître Funakoshi.

Professor Ohama, first faculty sponsor of the Waseda Karate Club and first AJKF President.