Maître Funakoshi

Gichin Funakoshi est largement considéré comme le principal «père» du karaté moderne en raison de ses efforts pour introduire l’art d’Okinawa au Japon continental, d’où il s’est répandu dans le reste du monde. Né en 1868, il a commencé à étudier le karaté à l’âge de 11 ans, et a été l’élève des deux plus grands maîtres de l’époque, Azato et Itosu. Il est devenu si compétent qu’il a été initié à tous les principaux styles de karaté à Okinawa à l’époque. Pour Maître Funakoshi, le mot karaté a finalement pris un sens plus profond et plus large à travers la synthèse de ces nombreuses méthodes, devenant le karaté-do, littéralement la «voie du karaté», ou de la main vide. La formation au karaté-do est devenue une éducation pour la vie elle-même.

Maître Funakoshi a été le premier expert à introduire le karaté-do sur le continent japonais. En 1916, il fit une démonstration aux Butokuden à Kyoto, au Japon, qui était à l’époque le centre officiel de tous les arts martiaux. Le 6 mars 1921, le prince héritier, qui deviendra plus tard l’empereur du Japon, visita Okinawa et Maître Funakoshi fut invité à faire une démonstration de karaté. Au début du printemps 1922, Maître Funakoshi s’est rendu à Tokyo pour présenter son art à la première exposition nationale d’athlétisme à Tokyo organisée par le ministère de l’Éducation. Il a été vivement encouragé par plusieurs groupes et individus éminents à rester au Japon et, en fait, il n’est jamais retourné à Okinawa.

Maître Funakoshi a enseigné une seule méthode, une discipline totale, qui représentait une synthèse des styles de karaté d’Okinawa. Cette méthode est devenue connue sous le nom de Shotokan, littéralement le clan ou la maison de Shoto, qui était le nom de plume du Maître pour sa poésie, désignant le son du vent soufflant à travers les pins.